Le manque de participation

Nous arrivons à la saison des assemblées générales de caisse Desjardins. C’est un moment important pour ceux qui s’engagent dans cette institution démocratique, mais un moment aussi délaissé par une grande partie des membres et des gens défendant par ailleurs la démocratie économique. J’encourage mes lectrices et lecteurs à assister à leurs assemblées (on trouvera ici la liste des événements).

Cependant, malgré l’importance du moment, seulement une infime partie des membres des caisses se présenteront aux assemblées pour élire leurs représentants, voter la distribution des excédents et donner les orientations générales pour le conseil d’administration. Les causes sont multiples, événement ennuyant, faible impact des décisions, options décidées d’avance, etc. Ces éléments, et d’autres, nuisent à la participation et rendent le processus démocratique problématique.

Une faible participation

Un flot constant de critiques se font à l’égard de Desjardins l’accusant de n’être qu’une banque comme les autres. J’ai déjà répondu à ce genre d’accusation, mais ne prenons que la critique selon laquelle Desjardins n’est plus une coopérative, parce qu’elle n’est plus à l’écoute de ses membres. Cela, notamment, parce que les mécanismes démocratiques ne permettent pas aux membres de réellement s’exprimer. Autrement dit, soulevons quelques problèmes du manque de participation, soit le faible potentiel délibératif, la faible légitimité et le risque de noyautage.

La démocratie requiert une certaine participation de ses membres, que ce soit pour profiter de la force épistémique de la délibération ou simplement pour donner une légitimité aux décisions. Or, une faible participation empêche la délibération de donner ses fruits et affaiblit la légitimité des décisions. Ce ne sont plus l’ensemble des points de vue qui sont exprimés, mais simplement une minorité, souvent ceux de certains groupes minoritaires, mais plus disponibles ou intéressés. Ce pouvoir que la faible participation octroie aux minorités est problématique et érode la légitimité démocratique. Le pouvoir de petits groupes peut aussi laisser la porte ouverte à une minorité particulièrement mobilisée par un enjeu particulier de saisir le pouvoir en noyautant. Je ne veux pas dire qu’une minorité mobilisée ne peut pas produire de bonnes propositions, mais ce n’est pas une conséquence nécessaire de ce genre de groupe et il semble que l’objectif soit de produire les meilleures décisions. Ce genre de décision requiert délibération démocratique et légitimité démocratique.

La faible participation dans les instances de Desjardins n’est pas un phénomène isolé dans le domaine. C’est un problème présent dans la grande majorité des institutions financières démocratiques .

Deux stratégies

Il y a deux stratégies qu’on peut utiliser pour lutter contre ce problème. L’une de ses stratégies consiste à encourager les membres à se rendre à cet événement. C’est en quelque sorte une stratégie moralisatrice où on fait fi des incitatifs qui structurent la vie des individus pour faire appel à leur vertus. Selon cette idée, il ne faudrait pas changer les structures démocratiques. Cela risquerait d’enlever aux membres le pouvoir formel des membres que de s’impliquer. Il faudrait plutôt rendre les assemblées plus attrayantes, faire appel à un certain patriotisme institutionnel des membres, investir plus de ressources dans ce processus. Laisser un plus grand espace à la discussion serait aussi un élément important de cette stratégie tout comme une meilleure distribution de l’information. Un membre ne peut pas faire un choix éclairé s’il reçoit l’information peu avant l’assemblée et ne peut se prononcer que sur les propositions du CA.

Or, il semble que ce soit une option difficile et couteuse (et les coûts dans une coopérative financière ne sont pas distribuer comme dans un État). Les assemblées ne peuvent pas devenir particulièrement divertissantes. Nous parlons d’une institution financière tout de même. Ensuite, il faut noter que non seulement les membres n’usent pas, dans la pratique, de leur droit de vote, mais l’énorme taille qu’ont les caisses rend cela impossible. Il est impensable qu’une quantité de membres qui rendrait les décisions légitimes se rencontre en même temps. Même si nous voulions qu’une réelle démocratie ait lieu, elle serait impossible. Il y a le vote en ligne qui reste une option, mais la difficulté avec cette option est la perte de l’aspect délibératif et informé de la décision. Dans ces deux cas, le pouvoir reviendrait probablement dans les mains de petits groupes informés, motivés et disponibles qui n’ont peut-être pas l’intérêt de tous en tête, mais leur intérêt personnel.

Alors, quoi faire?

L’autre stratégie consiste à réformer les structures démocratiques en prenant en compte le fait que nous ne voulons pas donner aux membres qu’un pouvoir formel, mais idéalement un pouvoir effectif, réel. Ce faisant, cette stratégie mise sur le conseil d’administration, l’instance réellement délibérative ayant un réel pouvoir. L’idée serait de rendre son accès plus ouvert, plus transparent et plus représentatif.

Comment? J’y reviendrai dans un autre billet, mais pour le scoop : il sera question de limite de mandat, de tirage au sort, etc.

L’enjeu de la ristourne

Desjardins est en transformation. La coopérative financière a depuis peu un nouveau PDG, Guy Cormier, qui s’est dès le début donné un mandat ambitieux que l’institution redevienne « première » dans le coeur des Québécois. Il entrevoit son mandat comme un retour aux sources, aux valeurs fondamentales de la coopérative. Il affirmait lors de son élection : « Desjardins a déjà été premier dans le coeur des gens, je veux qu’il le redevienne. » Ce n’est pas une petite affaire, car il semble indiquer un désir de redonner une image de Desjardins comme une institution pas seulement centrée sur le rendement financier, mais, dit-il, « l’argent doit être au service des membres et des communautés, et jamais le contraire ».

Le projet est ambitieux et requiert de nombreuses transformations. Pensons entre autres à la réforme des structures démocratiques et la distribution de la ristourne; deux enjeux intimement liés dont je ne vais discuter que partiellement aujourd’hui. Ne pouvant démêler ristourne des enjeux démocratiques et politiques, je vais essayer de résumer mon propos à une présentation succincte de la nature de la ristourne et de ses conséquences.

Dans un récent article incluant une entrevue vidéo, il est question de changer la manière de distribuer les excédents de l’organisation coopérative. Ce n’est pas la première fois que la ristourne est un enjeu de discussion. Quelques années avant, il était question d’explorer ce qu’il fallait préférer entre la ristourne individuelle et la ristourne collective. Encore une fois, l’enjeu refait surface, mais sous une nouvelle forme. C’est cette dernière forme que nous explorerons, car, comme le dit M. Cormier : « Tout est sur la table. »

Qu’est-ce qu’une ristourne?

La réponse à la question : « Qu’est-ce qu’une ristourne? » peut sembler évidente. C’est un retour en argent direct de la part de la coopérative au membre. Dans cette entrevue, Gérald Fillion exprime clairement ce point. Cependant, c’est une perspective assez réductrice qui ne permet pas de saisir son objet. La ristourne, c’est non seulement ce retour en argent, mais aussi les choix stratégiques, politiques et sociaux.

Desjardins, comme le dit bien M. Cormier, doit servir ses membres et les intérêts des membres ne sont pas seulement le retour direct en argent, ce qu’on appelle la ristourne individuelle, mais bien d’autres choses. Certains membres dans les régions préfèrent peut-être moins recevoir d’argent, mais veulent garder leurs points de services. D’autres veulent mettre en communs petits retours individuels pour en faire profiter les organismes des quartiers. On pourrait aussi considérer la structure des prix ou la qualité des produits comme une forme de ristourne ou même le choix des différents bureaux de l’institution comme une forme de retour aux membres. Les variantes sont nombreuses et diverses. Il serait possible que Desjardins arrête de ristourner directement aux membres pour favoriser l’amélioration du service ou le support de projets risqués dans la communauté. On comprendra donc qu’il y a déjà une grande diversité dans la distribution de la ristourne par Desjardins et que le chiffre de la ristourne individuelle ne montre pas clairement l’impact de la redistribution faite par Desjardins (et j’oserais ajouter que la communication de Desjardins sur le sujet a encore du chemin à faire).

S’ajoute à cette variété un enjeu de distribution. Considérant que chaque membre a le même poids formel dans l’organisation, on pourrait s’imaginer que la ristourne devrait être distribuée également entre chaque membre. Or, Desjardins en tant que coopérative financière peut aussi chercher à récompenser les membres au prorata de leur utilisation des services. Cette autre distribution est radicalement différente de la première. Ajoutons à cela les variantes que nous avons évoquées dans le paragraphe précédent et nous faisons face à un réseau complexe d’options parfois contradictoires. C’est l’aspect politique de la ristourne.

L’enjeu démocratique de la ristourne

C’est cette hétérogénéité des intérêts avec lesquels doit interagir Desjardins qui en fait une institution fondamentalement différente. Comme je le dis souvent, Desjardins n’est pas une banque. Sa structure fondamentale force l’organisation à suivre d’autres intérêts que la maximisation du profit pour l’actionnaire. Desjardins n’a pas qu’un intérêt à satisfaire, mais une multitude d’intérêts peu homogène et souvent contradictoire. C’est pourquoi il semble nécessaire d’avoir une démocratie vigoureuse au sein de l’organisation. C’est peut-être aussi pourquoi les médias sont si sévère avec Desjardins. Ils sont conscients que les membres ont des attentes plus grandes envers Desjardins qu’envers les banques, car Desjardins est constitutivement tourné vers d’autres intérêts. Il faut cependant que les membres s’engagent dans cette structure et que réciproquement l’organisation offre des outils démocratiques efficaces (j’en ai déjà parlé ici). C’est d’autant plus nécessaire que M. Cormier évoque l’importance de remettre le membre au coeur de la préoccupation de Desjardins, de retrouver la raison d’être profonde de la coopérative financière et de répondre à celles et ceux qui croient que Desjardins n’est qu’une institution financière comme les autres.

Arguments contre le désinvestissement (Deuxième partie)

Voici la seconde partie de ma réflexion sur le désinvestissement (lien vers la première partie). Encore ici, j’utilise les concepts d’Albert Hirschman tiré de son livre Exit, Voice and Loyalty

La stratégie voice
Pour changer les choses par le biais de la finance, la capacité de s’exprimer est importante. Le fait d’avoir des parts dans une entreprise permet de s’exprimer ainsi. La loi donne aux détenteurs de part dans une entreprise un certain droit d’expression dans la gestion de l’organisation. Une part dans une entreprise n’offre pas seulement un droit aux excédents, mais aussi une tribune pour s’exprimer non seulement aux assemblées générales des entreprises, mais dans la sélection des membres du conseil d’administration et conséquemment, une voix dans la planification stratégique et la nomination du PDG. Ce pouvoir n’est pas négligeable et peut être utilisé pour pousser des propositions plus favorables à l’environnement ou à d’autres causes sociales. C’est l’actionnariat engagé.

Il ne faut cependant pas assimiler ce que j’affirme à une défense du pouvoir des actionnaires. Ce serait contraire aux idées (que je partage) que j’ai défendues dans un récent billet sur la nature politique des entreprises. Dans un monde idéal, l’actionnariat engagé serait beaucoup moins efficace ou même inexistant et il n’y aurait que peu ou pas d’entreprise cotées en bourse. L’économie serait peuplé de nombreuses coopératives et diverses formes d’organisations égalitaires. Cependant, dans notre monde réel tel qu’il existe, l’investissement responsable peut permettre d’ouvrir une brèche pour le changement. C’est, en fait, un outil plus efficace que le désinvestissement pour arriver à transiter vers une économie plus verte. Je crois qu’on ne devrait pas laisser transférer une grande proportion des parts des entreprises énergétiques impliquées dans les énergies fossiles aux investisseurs non éthiques. Il faut plutôt pousser les individus et surtout les grands investisseurs institutionnels à avoir une politique d’engagement efficace et pertinente. Autrement dit, l’investissement responsable devrait devenir ce qui est présentement considérer comme l’investissement tout court.

Comment peut se faire cette prise de parole actionnariale? Pour répondre à cette question, je vais devoir me montrer partial et référer au travail de la branche de l’investissement responsable de Desjardins. Rosalie Vendette, conseillère en investissement responsable résume bien les différents « leviers » pouvant être utilisés dans un trop bref billet sur le blogue Coopmoi. En bref, l’actionnariat engagé cherche d’abord à utiliser l’ensemble des pouvoirs que le législateur donne aux actionnaires (pouvoirs ou protections en croissances si on en croit le billet du chercheur Ivan Tchotourian) puis ensuite à utiliser la légitimité qu’offre la propriété des parts pour entrer en dialogue direct (derrière porte close, pour permettre plus de franchise et éviter les pièges de dialogues publicisés ) en vue de changer les politiques où même de rediriger les actions de l’organisation vers des objectifs plus louables. Les exemples présentés par les fonds « éthiques » de Desjardins, en ce qui concerne l’engagement actionnarial montre les effets réels de cette stratégie tout comme les limites.

Conclusion
Je vais conclure par une brève discussion de l’enjeu de l’actionnariat engagé[1]. D’un côté, certains affirmerons que cette stratégie n’a aucun effet réel. Ils lirons le même rapport sur les fonds Desjardins et pointer l’imperfection des actions. Le résultat des dialogues avec Enbridge ou Suncor ne donnent que des actions de façades et des décisions de couverture par les entreprises. Rien qui n’affecte réellement le changement. Selon cette perspective, la plus grande transparence d’Enbridge ou l’engagement pour plus de sécurité pour transport du carburant sur rail de Suncor a la faiblesse fatale de s’inscrire encore dans une politique qui accepte le pétrole comme forme d’énergie. Ce qu’il faudrait, pour eux, c’est un rejet total de la ressource pour une alternative plus verte et durable.

Je crois cependant qu’il est possible de partager le même objectif, c’est-à-dire vouloir une transition rapide de l’industrie de l’énergie vers une le renouvelable et l’écologique, tout en reconnaissant les forces économiques de la demande. Les gens « veulent » encore de cette forme d’énergie. Ils en veulent encore pour plusieurs raisons : le transport est encore très dépendant de cette source d’énergie, l’agriculture aussi, etc. Certes, il y a des transformations dans ces domaines comme je l’ai évoqué plus tôt, mais tant qu’il y aura demande, il y aura production. Autrement dit, tant qu’il y aura de l’argent à faire avec du pétrole, il y aura des entrepreneurs qui tenterons d’en tirer profit. Si ce ne sont pas les entreprises côtés en bourse, ce sera d’autres acteurs. L’investisseur éthique, à ce titre, n’a qu’accès à un petit pouvoir, celui de pousser les entreprises à écouter des discours alternatifs, peut-être même des discours qui encouragent la transformation d’une entreprise énergétique basé sur le pétrole en entreprise basé sur l’énergie solaire ou éolienne. Il y a de plus en plus d’entreprises énergétiques qui investissent dans les nouvelles sources d’énergies. Ils le font notamment, parce qu’ils veulent se prémunir contre les transformations qui pourraient arriver plus tôt que tard. Ne faut-il donc pas une bonne chose que de pousser les entreprises à accélérer cette transition? Ne faudrait-il pas peser dans le vote pour un PDG ou un CA plus favorable à ce genre de projets?

Il est évident que la stratégie de la prise de parole est peu, voire pas efficace si elle est faite en vase clos. Seul, cependant, ce pouvoir est assez inefficace ou du moins limité, mais en conjonction avec d’autres acteurs sociaux (les groupes citoyens, les municipalités, d’autres entreprises, une communauté scientifique active et mobilisée par le biais notamment de la communication des résultats scientifiques, etc.) ce pouvoir peut être fort. Il est cependant nécessaire que cette stratégie soit envisagée comme une partie d’un arsenal plus grand de lutte. Isolée, cette stratégie est au mieux peu efficace. Pour qu’elle ait une réelle efficacité, elle doit se faire en collaboration avec d’autres acteurs de la société civile. Il faut y joindre des campagnes de sensibilisation pour parvenir à changer les comportements de consommations (moins consommer de pétrole) et de vote (voter pour des partis et des candidats plus engagés dans la lutte pour l’environnement). C’est seulement ainsi que des gains seront possibles.

Toute lutte étant égale par ailleurs, le désinvestissement n’est donc pas une stratégie très efficace. Certes, elle sensibilise et permet d’investir prudemment, mais elle n’aide pas les autres acteurs sociaux à pousser pour un changement, une transition. L’investissement responsable n’est pas non plus la panacée, mais bien un outil parmi d’autres pour tenter de faire changer les choses. Pour changer les choses via l’investissement, il pourrait aussi être utile de regarder du côté de l’investissement d’impact ou même des placements servant à financer directement des projets environnementaux. Il n’est pas aisé pour un investisseur aisé ou surtout pour un investisseur institutionnel d’avoir un portefeuille diversifié sans toucher aux énergies fossiles, mais pour l’investisseur moyen, il y a des alternatives comme Copower ou Impak Finance (dont j’ai déjà parlé dans un autre billet). C’est cela dit l’affaire d’une autre réflexion.

En conclusion : qu’il doit clair que je me réjouis de voir se développer cette conscience pour l’environnement et que les citoyens cherchent des moyens d’agir pour s’attaquer à de défi majeur du siècle qui commence. Cependant, je crois important de ne pas faire dans l’angélisme. Cette lutte est trop importante pour que les efforts soient monopolisés dans des stratégies peu efficaces. C’est une lutte qu’il faut remporter!

  1. [1]Actionnariat engagé qui peut se faire par le biais de fonds éthiques par les individus et de nombreuses manières par les investisseurs institutionnels.

Arguments contre le désinvestissement (Première partie)

Est-il éthique d’avoir de son épargne dans des industries nuisant à l’environnement, notamment l’industrie pétrolière? Voilà la question dont je propose ici une brève exploration. Comme le titre l’indique, je vais essayer de laisser une place aux arguments critiques du désinvestissement, ne serait-ce que pour les exprimer dans un espace médiatique où le succès de cette campagne est très présent. Pour accompagner la discussion des propositions que je vais esquisser vers la fin, je vais faire appel au concepts important d’exit et de voice tiré du livre majeur d’Albert Hirschman Exit, Voice and Loyalty . Je dois dire avant tout que je me réjouis de ce succès et surtout du fait que l’on peut légitimement croire que c’est signe porteur d’espoir pour celles et ceux qui, comme moi, veulent s’attaquer au réchauffement climatique.

Les campagnes de désinvestissement des énergies fossiles ont le vent dans les voiles. De plus en plus les citoyens comme les investisseurs institutionnels cherchent à se défaire d’investissement touchant les énergies fossiles. Comme le dit Karel Mayrand, directeur général pour le Québec à la Fondation David Suzuki dans un article du Devoir : « De nombreux investisseurs institutionnels, je pense à celui de la Californie et à ceux des grandes universités américaines, ont amorcé leur désinvestissement du pétrole. Même la Fondation Rockefeller fait partie du mouvement. Au total, depuis le début du mouvement, on estime que les actifs qui sont sortis du pétrole avoisinent 5500 milliards de dollars. » On ne peut pas passer non plus sous silence l’engouement pour la campagne « Mon REER sans pétrole » de la Caisse d’Économie Solidaire Desjardins. Il semble important d’explorer les arguments et les raisons de ce genre d’action[1]

L’argument économique ou de sécurité à long terme
L’un des arguments forts utilisés pour justifier le désinvestissement est un constat de risque. En effet, il existe un risque de chute surprise et rapide de l’industrie pétrolière. Cette chute pourrait être entre autres causée par une diminution importante de la consommation. Diminution causée soit par des politiques publiques favorables à l’environnement (ce que je souhaite ardemment) soit par une prise de conscience claire par les citoyens, soit par une croissance efficace du transport électrique et des voitures intelligentes. Ne pas avoir d’investissement dans le pétrole à ce sens revient à ne pas se lier à une industrie qui pourrait s’effondrer.

Cet argument n’est donc pas un argument que l’on pourrait qualifier d’éthique, mais plutôt de stratégique. Autrement dit, on ne veut pas avoir de placements dans les énergies fossiles pour ne pas perdre beaucoup quand une crise arrivera (si elle arrive). Il en est de même pour l’investissement dit thématique, c’est-à-dire l’investissement qui ne vise qu’un secteur particulier (par exemple les énergies vertes). En effet, une forme de l’investissement responsable se présente comme le fait de n’investir que dans des types d’entreprises respectant des critères particuliers, comme les énergies vertes. Ce n’est pas une mauvaise stratégie, mais un choix moins accessible aux investisseurs institutionnels cherchant à avoir un portefeuille diversifié sur une large gamme d’industries et de placements.

L’argument économique est valable en soi, pour sa nature stratégique et de gestion de risque, cependant, je serais surpris que ce soit l’argument final pour la majorité des investisseurs s’intéressant au désinvestissement, autant individuel qu’institutionnel. La stratégie marketing de cette campagne et même des produits éthiques (comme le REER sans pétrole) dépasse la pure stratégie et se présente comme étant une action concrète pour l’environnement, un choix éthique, au même titre que d’acheter bio ou local.

L’argument « moral »
Des gens veulent se défaire du lien avec l’industrie des énergies fossiles pour ne pas avoir les mains sales, ne pas être personnellement lié d’une quelconque manière avec l’extraction d’une énergie qui fait autant de dommage à l’environnement. C’est un argument légitime pour le désinvestissement, mais que je ne partage pas. Cependant, le reste de mon texte ne visera pas à le réfuter. En fait, la perspective qui est la mienne, c’est-à-dire une perspective qui cherche à réellement changer les choses, ne peut se satisfaire d’une perspective qui ne vise pas de mettre en place un chemin de transition. Tout un débat pourrait se faire sur ce point, mais réservons-le pour une autre occasion. Ce n’est pas le propos de ce billet.

L’argument de la sensibilisation
Un autre argument pourrait être de nature publicitaire et marketing, c’est-à-dire que la fin recherchée ne serait pas le désinvestissement en soi, mais la sensibilisation au réchauffement climatique. Faire la promotion du désinvestissement serait offrir une variante du discours contre les énergies fossiles. Si c’est le cas, je crois qu’il n’est pas problématique d’affirmer que c’est un succès. Les médias parlent de cette campagne et les citoyens commencent à chercher des moyens de désinvestir. Certaines institutions poussés par les campagnes de désinvestissement ont adopté des pratiques plus respectueuses de l’environnement et on peut espérer qu’elles adoptent une pratique d’investissement plus responsable. Cependant, il ne faudrait pas croire que le désinvestissement lui-même a un effet positif.

Cependant, plusieurs pensent que le désinvestissement a un effet concret et réel sur l’industrie des énergies fossiles. Voilà ce que j’aimerais explorer ici. En fait, je vais commencer par explorer l’argument contre le désinvestissement et conclure par des propositions concrètes pouvant s’inscrire dans un projet de lutte pour la transition énergétique vers les énergies vertes.

Désinvestir pour affecter l’industrie des énergies fossiles : l’argument contre le boycott
Pour commencer, il est important de comprendre qu’une part d’entreprise, un produit de placement, n’est pas une marchandise comme les autres. Même si c’est une stratégie marketing efficace que de s’inscrire dans le sillon des campagnes de boycott de produits de consommation, le désinvestissement fait fausse route s’il pense que de ne pas acheter des parts d’une entreprise pétrolière revient à envoyer le même message que de ne pas faire le plein dans une voiture (ou de consommer n’importe quel autre produit fait à base de pétrole (and it’s over 9000!!!!)). Se défaire de ses parts dans une entreprise pétrolière ou simplement de ne pas s’en procurer, n’envoie pas le même signal que le fait de ne pas se procurer un produit de consommation fait par une entreprise aux pratiques douteuses (comme un vêtement fait dans un sweatshop). Ne pas se procurer un vêtement de la sorte affecte les revenus de l’entreprise, la demande pour ledit produit. L’offre et la demande fonctionnent de manière différente sur les marchés boursiers. Ne pas se procurer une part d’une entreprise ne fait qu’affecter à la baisse la valeur des parts en circulation, mais n’affecte en rien la rentabilité de l’entreprise. Ce bas prix peux alors rendre l’action plus attrayante pour d’autres investisseurs ayant moins de critères éthiques. C’est le cas surtout si l’entreprise en question est rentable (ce qui est (malheureusement?) encore le cas pour cette industrie). En effet, si la demande pour son produit est toujours là et que ses ventes se portent bien, l’action offrira toujours le même rendement (dividende par exemple). Même si vous faites descendre la valeur des parts en motivant un grand nombre d’investisseurs de désinvestir, vous ne faites que rendre les parts plus attrayantes pour les investisseurs moins éthiques. Notamment, parce que le rendement de la part est lié à l’activité réelle de l’entreprise, dans notre cas la vente d’énergie fossile. En fait, l’un des effets que pourrait avoir le désinvestissement des énergies fossiles est de transférer la propriété des parts d’entreprises engagées dans l’industrie des énergies fossiles des investisseurs engagés vers ceux qui n’ont pas particulièrement envie d’engager leurs valeurs dans leurs actions.

Si l’objectif est d’avoir un effet concret sur l’industrie des énergies fossiles, c’est probablement une mauvaise stratégie et de l’énergie mal investie. C’est une mauvaise stratégie surtout si cette action dédouane les individus d’autres actions qui pourraient être plus efficaces pour atteindre le but recherché : lutte aux réchauffements climatiques par la diminution de la dépendance aux énergies fossiles. Pourquoi? Parce que le boycott n’a pas le même effet dans le marché des biens de consommation que dans celui des produits de placement.

Je voudrais seulement reformuler en d’autres termes (techniques cette fois) la raison pour laquelle je crois l’échec de cette stratégie. Elle échoue, parce que le moyen n’est pas arrimé à la bonne fin. La stratégie du boycott est une stratégie d’exit ou de défection, c’est-à-dire une stratégie qui veut envoyer un message en se désaffiliant de l’activité. Celle-ci peut être efficace dans le domaine de la consommation ou dans les organisations où le membership ou la clientèle est important, car l’affiliation est importante et recherchée par l’organisation visée par cette action. Cependant, elle échoue dans le domaine financier[2]. Se prévaloir de son pouvoir d’exit, c’est-à-dire de se défaire de son lien avec une industrie en vendant des parts où en investissant ailleurs n’a pas d’effet sur l’entreprise. Qu’est-ce qui a un effet? La demande du produit et la prise de parole (voice pour prendre le terme technique). La demande n’est pas un enjeu de nature financière, mais bien lié à l’action individuelle, citoyenne et un enjeu de politique publique (le moyen que je préfère pour changer les choses, mais qui pour le moment semble assez bloqué ou du moins lent). Il reste pour, pour avoir un effet sur l’industrie des énergies fossiles par le biais financier la stratégie : voice.

La suite ici!

  1. [1]. Cela dit, mon questionnement va se concentrer principalement sur les investisseurs institutionnels. Celui-ci a un besoin plus grand de diversification que l’investisseur individuel. Le placement sans pétrole peut se concentrer sur quelques produits comme les énergies vertes sans avoir trop besoin de diversification. Il me semble bien d’offrir du financement à des projets verts. Cependant, mon propos reste pertinent concernant l’actionnariat engagé.
  2. [2]On pourrait me rétorquer que la valeur des parts est importante pour les firmes (que ce soit en lien avec la rémunération pour le PDG ou le financement de nouveaux projets) et que le désinvestissement peut avoir un effet pour cette raison. C’est tout un débat, mais je crois qu’au lieu de répondre en pointant les moyens de financement alternatifs pour l’entreprise, je ne répéterais que l’effet égalisateur de la valeur des parts par les investisseurs moins éthiques qui pourrait être incité à acheter les parts avec le rabais que crée le désinvestissement.

L’entreprise comme espace politique

J’ai envie d’écrire aujourd’hui un petit mot sur l’entreprise, sa propriété et son rapport à la société et à la politique. On dit souvent des choses sur elle, mais trop souvent, ces paroles ne sont pas soutenues par une conception claire et précise sur la nature de l’entreprise. Ce n’est cependant pas surprenant. La nature de l’entreprise n’est pas quelque chose de fixe, de clair ou d’évident. C’est à la fois une créature juridique, un espace de relations, de contrats et bien d’autres choses. En plus de cela, l’image que les gens ont de ces institutions est souvent conflictuelle pour ne pas dire contradictoire. Il semble donc pertinent de dire un mot pour, du moins, dissiper quelques mal entendus. Dans ce billet, je vais n’aborder que l’un d’eux : le mythe de la propriété. Je vais montrer que la propriété de l’entreprise est plus complexe et multiforme et qu’avoir une perspective réductrice sur ce sujet – penser que l’entreprise n’est que la propriété des actionnaires – est problématique, voire dangereux.

La critique de la propriété de l’entreprise

« L’idéologie actionnariale, c’est le pouvoir sans la responsabilité, l’appropriation des gains découlant de risques que l’on fait peser à d’autres, le droit de créer des dommages sans l’obligation de dédommager. »

On dit souvent que l’entreprise est la propriété des actionnaires. Une action est souvent décrite comme une « part » de l’entreprise et on dit souvent qu’en tant que propriétaire de ces actions, l’on est en même temps copropriétaire de l’organisation émettrice. L’idée est que ce sont les actionnaires qui prennent un risque en investissant dans l’entreprise et que, conséquemment, ils devraient être récompensés pour ce risque. Cependant, c’est une thèse que conteste Jean-Philippe Robé dans son article « À qui appartiennent les entreprises? » (Robé est loin d’être le seul à élaborer cette critique. Un autre juriste, cette fois de l’Université Laval, expose clairement le point quand il dit « Réduire l’objectif de la gouvernance d’entreprise à la satisfaction de l’intérêt des actionnaires ne se justifie pas juridiquement. » ). Celui-ci défend l’idée que l’action, en tant que contrat, ne donne pas l’entière propriété (partagée évidemment) de l’entreprise. Ce serait même dire une « énormité juridique » que d’affirmer que l’actionnaire est propriétaire de la grande entreprise. L’actionnaire n’est que propriétaire d’une part, émise par l’entreprise. Celle-ci n’est qu’un ensemble de droit, de privilège et davantage, incluant celui d’être rémunéré selon le capital investi et surtout celui de participer aux assemblées où seront prises les décisions les plus importantes notamment la nomination ou la révocation du PDG. C’est souvent ce pouvoir qui confond l’actionnaire avec le propriétaire. En étant responsables d’une décision si importante, ils pourraient croire qu’il n’y a que leurs intérêts qui doivent être desservis, seulement leur profit maximisé.

L’enjeu ici est à savoir quels sont les intérêts que devrait chercher à satisfaire l’entreprise. L’idéologie actionnariale, selon lui, prétend que ce ne sont que les intérêts des actionnaires qui devraient être poursuivis. Intérêt qui est généralement unique et homogène : maximiser le profit. Parfois, et de manière de plus en plus commune, certains actionnaires dits « activistes » cherchent à se faire entendre par le moyen de l’actionnariat. Que ce soit pour maximiser encore plus le profit à court terme, comme c’est le cas des Hedge funds (fonds d’investissement spéculatif), ou faire valoir d’autres intérêts (notamment environnementaux ou sociétaux) (intérêts qui sont parfois celui des détenteurs des parts, comme dans le cas des fonds éthiques, pensons aux fonds Desjardins gérer par NEI), certains acteurs de la finance défendent le rôle de l’actionnaire par le fait même que d’autres intérêts peuvent être défendus. Cet activisme est souvent utilisé pour faire pression sur la direction pour prendre certaines décisions (la restructuration et mise à pied est favorisé par les Hedge funds et les perspectives environnementales par les fonds dites « éthiques ») Or, dit Robé, le droit des sociétés fait du PDG le mandataire social de l’entreprise, une responsabilité qui est plus large que le simple groupe des actionnaires. Il est en quelque sorte l’arbitre entre les multiples demandes provenant des différentes parties de la société. En fait, pour Robé, l’entreprise elle-même n’est que le : « lieu premier de l’arbitrage entre les divers intérêts qui sont mis en jeu dans sa gestion. » Ce qu’il propose semble plutôt être une structure mixe, incluant les actionnaires, mais aussi un espace pour d’autres acteurs.

« Un complément consisterait dans divers changements permettant aux intérêts affectés de faire entendre leur voix. On pourrait ainsi développer des mécanismes de démocratie procédurale, complément nécessaire à la démocratie électorale forcément limitée aux institutions politiques territoriales. On pourrait alors imaginer un système démocratique dans lequel le rôle politique de l’entreprise ferait l’objet d’une prise de conscience ne se traduisant pas par une étatisation, mais par la mise en place de modes nouveaux d’expression des intérêts affectés par l’activité entrepreneuriale. Vaste programme, certes. Mais il s’agit de «refonder le capitalisme» n’est-ce pas? Un premier pas – mais il est de taille – consiste à oublier cette idée fausse qui fait de l’entreprise la propriété des actionnaires. » p. 36

Ce que nous dit ici Robé est intéressant notamment parce qu’il propose une lecture politique de l’entreprise et de sa forme. Il montre par là que la forme juridique de l’entreprise et de sa structure de décision est un enjeu central dans la lutte aux problèmes sociaux et environnementaux. Nous pourrions alors nous poser la question si nous, en tant que société, désirons que les décisions importantes affectant nos sociétés, soient laissées entre les mains des détenteurs de capitaux, des actionnaires. La réponse de Robé est claire : il ne faut pas faire un pas de plus dans la direction de ce qu’il appelle l’idéologie actionnariale. L’objectif assumé de son article est de critiquer la tendance récente qui consiste à donner de plus en plus de pouvoir aux actionnaires. Pour lui, concevoir l’entreprise comme la propriété des actionnaires est dommageable et revient à donner une place trop grande à l’intérêt des actionnaires. La responsabilité limitée offerte par l’action, permets de laisser s’exprimer sans limites l’appât du gain, car l’investisseur n’a pas à se préoccuper de l’impact que de l’entreprise dont il est actionnaire.

L’autre conséquence de son article est de montrer qu’il est nécessaire de se pencher non seulement sur la propriété en tant que telle, mais sur les formes qu’elle peut prendre. Certaines entreprises ont des actions détenant plusieurs votes tandis que d’autres entreprises, à la signature du contrat d’achat de part, transfèrent le pouvoir de votation de cette part à une fondation (comme c’est le cas dans le projet d’Impak Finance dont j’ai parlé ici). D’autres formes de propriété existent, comme la coopérative (et encore, il y a de nombreuses formes de coopératives). Il faut donc reconnaitre que le concept de propriété est complexe et multiforme. Il est conséquemment difficile de l’utiliser avec précision en ce qui concerne les entreprises. Il faut donc arrêter d’entretenir le mythe que la propriété de l’entreprise soit celle véhiculée par les défenseurs de l’idéologie actionnariale ou entrepreneuriale (comme le note très bien Tchotourian dans son billet) et s’ouvrir à la grande variété des formes de propriété. Peut-être faudrait-il favoriser, en tant que société, les entreprises coopératives de travailleurs pour réaliser nos idéaux de justice sur le milieu de travail ou peut-être consommateur pour mieux défendre les droits des citoyens en tant que consommateur. Peut-être faut-il permettre à une entreprise d’être la propriété d’un ou d’un petit groupe durant sa phase de croissance et ensuite, lors du départ de ses fondateurs, la rendre plus publique, citoyenne ou démocratique comme le propose Robé et d’autres comme Isabelle Ferreras? C’est un peu ce qu’il laisse entendre lorsqu’il distingue la petite entreprise à la multinationale. « L’idéologie actionnariale, nous dit-il, voudrait nous faire raisonner comme s’il s’agissait de la pizzeria du coin dont le propriétaire aurait confié la gestion à un gérant. C’est l’avantage de la simplicité et des dehors d’évidence. Mais c’est faux. »

Conclusion

L’existence d’une variété de formes de propriété soulève la question à savoir pourquoi l’entreprise à capital-action a été celle qui a dominé le discours économique et politique des dernières décennies et pourquoi est-ce celle qui est encore aujourd’hui la plus répandue. Cette question est celle à laquelle Hansmann cherche à répondre dans son excellent livre The Ownership of Enterprise (je parlerai peut-être dans un prochain billet de l’intérêt de son livre pour comprendre la diversité et la complexité des dynamiques qui affectent les formes des organisations économiques). Cependant cet état de fait ne devrait décourager personne sur ce qui devrait être fait. L’article de Robé devrait être lu comme s’inscrivant dans tout un mouvement cherchant à débloquer l’imaginaire en ce qui concerne les formes d’organisations économiques. Isabelle Ferreras, dans son inspirant livre Gouverner le capitalisme nous propose, comme Robé, d’envisager l’entreprise comme un espace politique. Elle cherche à ce titre d’explorer comment il serait possible de penser la firme comme une chose presque publique (ce qui n’est pas historiquement faux comme le défend Ciepley ).

Bibliographie

Desjardins et les paradis fiscaux

Alphonse Desjardins

Le magazine Les Affaires a récemment publié un dossier sur les liens qu’ont entretenus certains conseillers de Valeurs mobilières Desjardins (VMD), une filiale du Mouvement Desjardins, avec les paradis fiscaux (pour les autres articles, voir 1). Les événements avaient déjà fait le tour des médias en 2011, au moment où ces conseillers avaient été congédiés. Aujourd’hui, la nouvelle refait surface, car les neuf conseillers, dont plusieurs n’ont reçu aucune sanction de la part des autorités canadiennes de régulation de la profession (deux d’entre eux travaillent maintenant pour la Banque Nationale, un joueur impliqué dans cette histoire de paradis fiscaux), se retournent contre leur ancien employeur et le poursuivent pour congédiement injustifié. L’affaire ne devrait surprendre personne : elle implique de nombreuses institutions financières et des pratiques obscures qui se font, pour la plupart, de manière secrète. En plus de Desjardins qui, dans ce cas, est le joueur central, on rencontre une banque européenne et une autre institution très influente dans le monde offshore des îles caribéennes : la Banque Nationale (sa filière internationale). L’histoire que décrit Hugo Joncas dans ses articles n’est aucunement différente de ce qui se passe un peu partout dans les législations de complaisance. Les institutions financières s’échangent les comptes, les banques locales et les différents autres véhicules de placement. Ce qui reste, ce sont les individus, les facilitateurs, les conseillers. L’enseigne devant un bâtiment peut changer, mais les pratiques restent les mêmes. Dans le cas qui nous intéresse, c’est la Laurentian Bank & Trust (LB&T), basée à Nassau, aux Bahamas. Elle fut acquise par Desjardins en 1994, puis elle passe sous le contrôle de PNB Paribas en 1997 pour ensuite devenir la propriété de la division internationale de la Banque Nationale en 2004.

Ce n’est, en somme, que la répétition d’une aventure qu’Alain Deneault a présenté clairement dans son récent livre Paradis fiscaux : la filière canadienne. Il y raconte en détail l’histoire d’amour problématique entre les banques canadiennes et certaines îles caribéennes. Joncas rapporte les propos de Daniel Dubois, l’un des neuf conseillers de VMD en question. Le journaliste écrit : « Selon [Daniel Dubois], tout le système financier collaborait pour faciliter l’évasion fiscale. “Vers la fin des années 1990, la Nationale, Desjardins et toutes les banques canadiennes favorisaient l’exode des clients à l’étranger”, insiste Daniel Dubois, aujourd’hui chez Mackie Research Capital Corporation. »

C’est tout dire. Un passage de la sorte pourrait nous laisser croire qu’il y a une conscience émergente du problème offshore et de ses dangers. Cependant, l’article conclut sur une note différente. « C’était la glorieuse époque des comptes offshore à gogo », écrit-il, comme si les paradis fiscaux n’étaient qu’une tendance passagère et que les conseillers renvoyés n’étaient, au fond, que les victimes d’une mode qu’ils n’auraient pas su quitter à temps. Contre l’impression d’un phénomène temporaire, le livre d’Alain Deneault, Paradis fiscaux, la filière canadienne, montre que le développement des paradis fiscaux est un processus qui se déploie sur une longue durée. Or, on ne le dira jamais assez, la réalité veut que les paradis fiscaux, les législations de complaisance soient des institutions qui attaquent systématiquement la souveraineté de l’État en contribuant à le priver des moyens nécessaires à la mise en œuvre de ses politiques. Malgré la gravité éthique d’un tel processus et le problème économique structurel que les paradis fiscaux représentent dans l’économie mondiale, l’auteur de l’article suggère que la mode est passée, ou en voie de passer. Mais est-ce le cas? Un excellent contre-exemple peut être avancé en rappelant la manière nonchalante avec laquelle AirBnB, une compagnie spécialisée dans la location de logements pour les voyageurs, a annoncé à ses clients le transfert de certaines de ses activités administratives en Irlande. Elle n’a pas trouvé indélicat d’annoncer, dans sa lettre d’information, que ce déplacement obéissait à des motivations fiscales. Devant de tels agissements, comment pourrait-on penser que “les paradis fiscaux sont passés de mode”? La compétition fiscale est encore bel et bien réelle et toujours très attrayante pour les entreprises.

Mais croire en un effet de mode n’est peut-être que le symptôme d’un certain défaitisme journalistique devant l’apparente impuissance des individus et des États face à l’ampleur du problème. C’est cette dernière que révèlent les informations divulguées sur l’implication de VMD dans les paradis fiscaux. Peut-être ne sommes-nous pas choqués de voir les grandes banques canadiennes depuis longtemps intriguer avec les législations de complaisance des Caraïbes, mais plusieurs seront probablement surpris de voir Desjardins rejoindre les rangs des magouilleurs. Celle-ci, longtemps entourée d’une aura de sainteté héritée de son histoire et de sa forme coopérative, n’était que rarement écorchée par les médias pour des manquements à l’éthique. Cependant, Joncas et les autres journalistes nous montrent qu’elle n’était pas immunisée contre l’attrait de terres offshore.

Que devons-nous penser de tout cela? Devrions-nous désespérer de voir la grande majorité des institutions financières de notre pays se servir des législations offshores pour se soustraire au fisc?

L’évasion fiscale est illégale et peut être combattue – souvent avec difficulté, en raison du manque de moyens et de recours – par le fisc et les tribunaux. En revanche, l’évitement fiscal n’est pas illégal, mais est clairement nocif pour nos sociétés et nos économies. C’est pourquoi nous ne devons pas attendre une action juridique pour régler le problème, mais plutôt entreprendre une lutte politique pour changer les choses. Il faut agir et saisir cette brèche démocratique dans une économie encore trop « aristocratique », comme le dirait le grand socialiste Jaurès, ou encore le fondateur de Desjardins, Alphonse Desjardins lui-même. Ce dernier voyait dans les coopératives le moyen de faire « disparaître cette contradiction choquante entre nos institutions démocratiques, qu’elles soient nationales, provinciales ou municipales, où les vœux du peuple peuvent prévaloir, et notre régime économique, dominé presque sans contrôle par une sorte d’aristocratie toute-puissante »(2).

Une vingtaine d’années plus tôt, de l’autre côté de l’Atlantique, Jean Jaurès avait formulé la même idée:

« Dans l’ordre politique, la nation est souveraine et elle a brisé toutes les oligarchies du passé ; dans l’ordre économique, la nation est soumise à beaucoup de ces oligarchies […]

Oui, par le suffrage universel, par la souveraineté nationale, qui trouve son expression définitive et logique dans la République, vous avez fait de tous les citoyens, y compris les salariés, une assemblée de rois. […] C’est d’eux, c’est de leur volonté souveraine qu’émanent les lois et le gouvernement; ils révoquent, ils changent leurs mandataires, les législateurs et les ministres; mais, au moment même où le salarié est souverain dans l’ordre politique, il est dans l’ordre économique réduit à une sorte de servage. Oui, au moment où il peut chasser les ministres du pouvoir, il est, lui, sans garantie aucune et sans lendemain, chassé de l’atelier. Son travail n’est plus qu’une marchandise que les détenteurs de capital acceptent ou refusent à leur gré. […] »(3).

Desjardins et Jaurès, un siècle avant nous, nous enseignent que l’enjeu est de rendre aux petites gens les rênes de leur destin. Il faut saisir l’indignation légitime que soulève ce lien obscur entre Desjardins et les Bahamas pour ressaisir cette institution d’importance pour le Québec. Dans la pensée d’Alphonse Desjardins, sa forme coopérative aurait dû constituer une protection contre des agissements qui nuisent aux intérêts de la majorité. Encore faut-il que les membres évitent le piège de l’apathie, se sentent partie de l’entreprise plutôt que de simples clients. Réinvestir activement les assemblées générales du Mouvement Desjardins est un premier pas pour nous réapproprier notre pouvoir économique.

(1) Joncas, Hugo. « Desjardins: 16 ans de transactions aux Bahamas ». Les Affaires, 15 mars 2014.
———. « Les conseillers et leurs clients rattrapés par le fisc ». Les Affaires, 15 mars 2014.
———. « Valeurs mobilières Desjardins: pas si occultes, les comptes aux Bahamas ». Les Affaires, 15 mars 2015.

(2) Alphonse Desjardins, « L’union des forces sur le terrain économique », conférence donnée au Congrès des Ligues du Sacré-Cœur, Montréal, 10 septembre 1910, dans La Vérité, 24 septembre 1910, p.82. Cité dans POULIN, Pierre, Histoire du Mouvement Desjardins, Desjardins et la naissance des Caisses populaires, 1900-1920, tome 1, Montréal, Québec/Amérique, 1990, pp.84-85.

(3) Jean Jaurès, « La République et le socialisme : réponse à la déclaration du cabinet Charles Dupuy », Assemblée nationale de France, Séance du 21 novembre 1893.

Gabriel Monette, Réseau Justice Fiscale
avec la collaboration de Bernard Ducharme

Le succès d’Impak Finance

Je crois qu’il faut se réjouir du succès récent d’Impak Finance, la nouvelle entreprise qui s’est lancé le défi de rendre plus aisément disponible l’investissement d’impact au Québec et au Canada. À peine 48 heures après le lancement de leur campagne de sociofinancement, l’organisation a réussi à lever plus d’un demi-million de dollars. C’est un signe encourageant. Il est encore possible de participer. L’objectif fixé d’ici la fin de l’année est de 5 millions de dollars. Un montant qui servira à la fois comme salaire aux fondateurs et à développer les outils informatiques nécessaires à leur projet. Il faut dire que le travail qu’ils ont fait est impressionnant. Fonder une institution financière n’est pas comme mettre sur pied un café de quartier, c’est un projet d’une autre envergure.

On se rappellera, comme j’ai dit dans un autre billet, qu’Impak Finance a comme objectif de faire la finance autrement. Pour ce faire, en s’inspirant d’autres banques de ce genre dans le monde, ils veulent offrir une plus grande transparence en ce qui concerne l’épargne de leurs clients en plus des autres caractéristiques classiques des institutions financières dites « sociales » : comme les prêts favorisant l’environnement, etc. L’idée sous-tendue par cette transparence est de rendre claire la direction que prend l’investissement de chaque personne. L’idée de rendre plus transparent le déplacement de l’argent dans le système financier est à la fois intéressant parce qu’il éduque, que parce qu’il rend l’institution plus responsable.

Il reste néanmoins plusieurs questions en suspend qui mériteraient des réponses, même si ce n’est pas urgent. Notamment concernant la forme de l’entreprise, sa « gouvernance ». Comment s’assurer que l’organisation reste le plus près de ses nobles valeurs et de son ambitieuse mission? Comment s’assurer que l’organisation, après sa croissance, ne s’éloigne pas de ses valeurs en rejoignant d’une certaine manière la finance traditionnelle? Ce n’est certainement pas un défi insurmontable que je pose ici. Déjà, faut-il dire, Impak Finance propose des pistes : une fondation propriétaire des droits de contrôle des actionnaires, comme le fait son modèle Triodos. Or, il me semble que c’est une esquive plutôt qu’une réponse au problème. Qui sélectionnera les dirigeants de la fondation? Comment balancer les différents intérêts dans l’organisation? Transférer la responsabilité à une fondation a l’avantage d’aplanir le contrôle des actionnaires, mais ne règle pas les questions soulevés par la gouvernance de l’organisation. Cela dit, c’est une très bonne piste à explorer! Pour cela et bien d’autres raisons, bravo à Impak Finance et bonne suite!

Célébration républicaine du marché

Dans un précédent billet, je présentais la critique républicaine du capitalisme, par Stuart White. Aujourd’hui, je propose une lecture (critique) d’un article qui se positionne plus favorablement en faveur du capitalisme et de son institution centrale : le marché compétitif. Dans son article « Market Freedom as Antipower », Robert S. Taylor propose une défense solide du républicanisme commercial, c’est-à-dire le courant du républicanisme qui considère le marché comme étant une institution pouvant participer efficacement à la lutte contre la domination et en fait découler la nécessité de politiques économiques près du modèle scandinave. Le républicanisme commercial est une forme du républicanisme qui s’est développée en opposition à l’idée selon laquelle le commerce et les échanges, par l’incertitude et le risque qui leur étaient consubstantiels, étaient antinomiques à la liberté. Ce républicanisme agraire supposait de son côté la sécurité provenant d’une propriété productive, souvent agraire, qui permettait l’autonomie et la subsistance. Le conflit de ses deux formes de républicanisme est central dans l’élaboration de la réflexion sur la liberté moderne[1].

Alors que dit Taylor dans son texte? Son projet est premièrement de « célébrer » le républicanisme commercial, plus précisément l’institution du marché compétitif comme institution capable de libérer les individus de certaines formes de domination qu’ils peuvent expérimenter. Lesquelles? Celles que peuvent expérimenter les individus sur le marché du travail, notamment ceux pris dans un marché monopolistique, oligopolistique ou monopsonistique. Les exemples que Taylor mobilisent ne sont pas toujours convaincant, mais ont le mérite de soulever les problèmes des relations de pouvoir dans ce marché.

Son exemple central es la situation de monopsone (une situation symétrique à un monopole) dans le marché du travail. Cette situation problématique, souvent considérée comme un exemple de domination de marché peut nous permettre de penser plus clairement les avantages du marché. On n’a qu’à imaginer la domination d’une entreprise qui se retrouve à être la seule à demander de la main-d’oeuvre alors que toute une population de travailleurs est disponible et motivée. Cette situation représente pour Taylor la forme la plus troublante de pouvoir de marché (market power) et incarne l’opposé d’un marché parfaitement compétitif (tout comme le serait le monopole). C’est ce marché parfaitement compétitif qui, pour lui, représente le remède parfait à la domination. Le rôle des États est donc de construire et de favoriser ces marchés parfaitement compétitifs, car ils permettent de faire disparaitre toute inégalité de pouvoir entre les agents. Il suffirait alors de développer des politiques favorable à cette compétitivité pour favoriser la liberté. Conséquemment, les politiques qui nuisent à cette compétitivité favorise la domination. Pour Taylor, la compétition de marché permet de limiter et même d’éradiquer le pouvoir dans le cadre du marché .

Par exemple, Taylor critique assez durement les politiques favorables aux syndicats. Pour lui, jouer le pouvoir contre le pouvoir est une recette idéal pour créer de la domination. Dans certains marché, les syndicats peuvent être utiles ponctuellement, mais le résultat est toujours une plus grande instabilité et une plus grande domination pouvant apparaitre de la part ou des employeurs ou du syndicats.

Remarques critiques
Quoi qu’il semble évident qu’à la fois la taille des syndicats peut être source de domination et que la diversité des types de marchés devrait militer pour une variété dans la forme des syndicats, les remarques critiques de Taylor s’efforcent pas particulièrement d’approfondir la diversité réelle des syndicats. En effet, malgré l’intérêt déclaré de Taylor pour les politiques scandinaves, il ne semble pas vraiment voir que le système qu’il favorise est caractérisé par une très forte syndicalisation. Il est peut-être possible de réconcillier Taylor avec avec le syndicalisme en tournant détournant sa critique du syndicalisme en général à la forme particulière de syndicats aux États-Unis et et lui faisant défendre le syndicalisme à la scandinave.

Mais la plus grande faiblesse du texte de Taylor, à mon avis, réside dans le sous-développement de ses idées sur ce qu’il appelle « le marché compétitif ». En effet, Taylor ne développe que très peu les nuances de celui-ci et semble supposer que son lecteur partage déjà tout un lot d’argument en faveur de ceux-ci. Taylor développe d’un côté un argumentaire nuancé et solide contre les situations de monopole et de monopsone, mais n’use pas de la même force argumentative quand il convient de parler du marché compétitif. Il n’est pas clair qu’il soit possible que tous les marchés soient compétitifs. La compétitivité des marchés est aussi quelque chose d’évanescent qui peut disparaitre et revenir ponctuellement. Il aurait été pertinent de voir Taylor entrer en dialogue avec les débats historiques présentés dans The Invention of Market Freedom de MacGilvray. Peut-être verrons-nous ce débat dans son livre à paraitre (et que j’ai hâte de lire) qui entend étendre sa réflexion sur les marchés d’une perspective républicaine : Exit Left .

Je suis aussi curieux de lire et de bien comprendre son article Illiberal socialism où il cherche à prouver l’incompatibilité du libéralisme à la forme la modérée de socialisme , ce qu’il appelle le socialisme de marché associatif (associational market socialism). Il s’agit d’un article où il critique autant Rawls que G. A. Cohen (le grand philosophe égalitariste montréalais).

Bibliographie

Pour plus de détail

  1. [1]Bernard dans un bref billet historique sur Geoff Kennedy. Il présente un exemple des dilemmes et des paradoxes qui occupe les débats entre les républicains commerciaux et les républicains agraires.

Bouger son argent

Une petite note aujourd’hui sur un mouvement discret qui a émergé à la sortie de la crise financière et du mouvement Occupy, le mouvement Move Your Money. Le nom représente assez fidèlement l’idée constitutive de l’initiative, c’est-à-dire qu’il faut bouger son argent, le sortir des institutions financières que l’on juge indignes de gérer notre épargne vers celles qui le seraient plus.

Sous-entendue dans ce mouvement est l’idée qu’il y a de meilleures institutions financières que d’autres. Qu’il y a quelque chose que nous pourrions décrire comme « éthique »[1] dans notre rapport avec les banques qui dépasse la rationalité économique.

Pour Move Your Money, certaines institutions financières sont plus éthiques que d’autres. Pour faire cette évaluation et soutenir leur argument de type « comparatif », le groupe britannique éponyme, à ma connaissance le plus actif de cette campagne, a élaboré un système d’évaluation des institutions financières incluant plusieurs critères qui mesure d’autre chose que l’avantage financier qu’elles offrent. Ici, on ne cherche pas la meilleure institution entendue comme la plus compétitive en termes de taux d’intérêt ou de rendement, mais plutôt celle qui se distingue par l’investissement dans l’économie réelle (par opposition à la spéculation), le salaire des dirigeants autant que le pouvoir d’influence des membres ou clients sur la structure, les choix et même les investissements de l’institution. Ce que cette comparaison nous apprend concernant les banques du Royaume-Uni est clair: il y a des institutions meilleures que d’autres. Qu’en est-il au Québec ou au Canada?

Le travail reste évidemment à faire (et j’adorerais le faire… et ce blogue va tenter de le faire dans une très humble mesure). Force est de constater que l’offre et la diversité du marché financier britannique peuvent faire rougir de honte le Québec (il faut cependant noter que le Royaume-Uni est aussi le siège de l’un des plus importants paradis fiscaux du monde : la City de Londres). Il y a au Québec ou au Canada encore peu d’institutions financières qui cherchent à se distinguer par d’autres choses que les avantages sur le plan financier qu’elles offrent. Je dis qu’il y en a peu, mais il y en a.

Il y a évidemment Desjardins, une fédération de caisses coopérative étant propriétaire d’une nébuleuse d’autres filiales de services financiers. Son aspect coopératif en fait une institution plus tournée vers les intérêts de ses membres, avec une retombée des profits plus directe dans la communauté. Or, il est important de noter que cet idéal en soi très noble, est entaché par des pratiques moins inspirantes. J’en ai déjà discuté dans quelques billets. Il est cependant important de réitérer que Desjardins a le potentiel d’être une institution démocratique et tournée vers ses membres, malgré qu’elle réalise encore peu cette possibilité.

Au sein de la fédération Desjardins, il y a aussi une caisse particulière, la Caisse d’économie solidaire qui se présente comme l’institution financière des mouvements sociaux. Elle n’est pas proprement plus démocratique que les autres caisses au sens de sa gouvernance, mais se distingue par sa volonté de soutenir les mouvements sociaux, syndicaux, etc. par exemple en investissant dans l’économie sociale et solidaire. Pour ce faire, elle offre des produits originaux comme le Placement à rendement solidaire et vise à faire de l’investissement à impact, c’est-à-dire dans l’économie réelle (par opposition à l’investissement financiarisé). Ses profits sont redistribués à la communauté de manière plus directe en favorisant la ristourne collective sur la ristourne individuelle. En bref, et j’en parlerai probablement plus dans un autre billet, elle se distingue clairement sur le plan éthique.

L’investissement à impact est aussi l’idée fondatrice d’une initiative récente d’un groupe qui cherche à créer une nouvelle banque au Canada : Impak Finance. On en connaît pas encore beaucoup sur la structure de l’institution, sur son aspect de gouvernance (peut-être démocratique?), ses critères d’investissement, etc. Ce que nous savons, c’est qu’elle cherche à utiliser les technologies financières (FinTech) pour réaliser l’idéal d’une institution financière dirigeant directement l’investissement dans des projets productifs de l’économie réelle. C’est aussi dire qu’elle n’aura pas de lieu physique (un peu comme Tangerine ou Wealthsimple) et se distinguera pas une grande transparence. Cette transparence se manifestera, dit-on, par une grande facilité de voir où l’argent que l’on a dans son compte est investi. C’est quelque chose qui distingue aussi Triodos Bank, le modèle pris par Impak Finance.

Triodos Bank nous permet de fermer la boucle et de revenir au mouvement Move Your Money. Leur comparaison des institutions financières britanniques place cette banque dans le top 3. Elle représente donc ce qui se fait de mieux dans ce pays. Il y a des projets du même genre en France et ailleurs. C’est une tendance qui progresse un peu partout et qui, lentement, prends sa place dans l’écosystème financier mondial.

Pour ce qui est du Québec, il serait nécessaire d’en dire plus et de faire une étude plus approfondie sur chacune des institutions présentes. Il faudrait certainement adapter la méthode d’évaluation pour la transposer à la réalité canadienne et québécoise. Or, il me semble clair que les institutions que j’ai évoquées, sur certains points du moins, seraient mieux côtées que certaines banques aux pratiques discutables. Ce genre de classement pourrait aussi participer à stimuler la compétition entre les banques sur d’autres critères et pousserait peut-être Desjardins à faire mieux en termes de démocratie ou d’investissement responsable.

Ce qu’il me semble important de retenir de ce mouvement est simplement qu’il est possible de « bouger son argent » entre les institutions et de faire ce choix à la lumière d’autres critères que la simple rationalité économique.

  1. [1]Il est un peu osé d’utiliser, comme la plupart des gens le font, le mot « éthique » pour parler de ces éléments non financiers qui distinguent les banques, mais à défaut d’un plus précis, nous le garderons.

Un républicain à la caisse de Kildare (suite)

La perspective républicaine
Suivant mon précédent billet sur l’affaire Kildare, j’ai évoqué que je l’interpréterais d’un point de vue républicain. L’objet de ce billet est donc de présenter les réflexions d’un républicain sur cette affaire. En d’autres mots : que dirait un républicain sur l’affaire de la caisse de Kildare? En bref : il applaudirait l’initiative citoyenne et chercherait à réformer les structures de Desjardins pour les rendre réellement démocratiques.

Premièrement, il saluerait l’initiative des membres contestataires. Il reconnaîtrait sans doute dans un premier temps le sentiment d’insatisfaction exprimé par les membres de la caisse de Kildare face aux décisions prises par le conseil d’administration et applaudirait les moyens démocratiques pris par les membres. Le républicanisme, notamment celui de Pettit, prenant la forme d’une démocratie de contestation, fait de cette pratique une arme importante de son arsenal politique. Un républicain verrait donc, dans d’absence de moyen efficace de contestation des décisions que les membres subissent, une forme importante de domination. Cette dernière apparaît d’autant plus flagrante que dans ce cas, le C.A. de la caisse avait l’aide et le support du Mouvement Desjardins. Aucun dispositif pouvant permettre aux membres insatisfaits de se faire entendre de manière efficace n’était disponible. Même l’assemble générale extraordinaire, outil mobilisé par les membres contestataires, n’a clairement pas joué le rôle d’espace de délibération et d’expression et de contestation des décisions qui aurait dû lui être dévolu. Sa structure et son fonctionnement n’ont que très difficilement permis une petite dose d’expression. Comme le dit Martin Malo, il est difficile de se mobiliser quand on a un emploi, une famille et peu de temps. En théorie, Desjardins possède des institutions démocratiques, mais celles-ci sont inefficaces au sens où elles ne permettent pas efficacement aux membres de se faire entendre. M. Désautels, représentant de la très haute direction du Mouvement, défend la démocratie de Desjardins, comme je l’ai indiqué dans le précédent billet, en ne faisant référence qu’à la légitimité du conseil d’administration et à la capacité prétendue de celui-ci à refléter les intérêts des membres. Cette conception qui reproduit les régimes représentatif comporte des inconvénient. Comme l’a montré Bernard Manin, l’élection contient un principe aristocratique qui est, pour le moins, problématique. Est-ce qu’un système ou quelques élus peu redevables tentent de réaliser les intérêts imaginés d’une vaste majorité sans que ceux-ci ait formellement des outils de contestation peut vraiment être décrit comme démocratique? La question soulève des enjeux légitimes et il y a un besoin de les approfondir, notamment la place de l’expertise dans les démocratie. Cependant, pour représenter convenablement les intérêts des membres, il est nécessaire d’avoir une conception plus profonde de la démocratie. C’est pourquoi, un républicain favoriserait une conception plus profonde de la démocratie. Le membre d’une caisse ne doit pas être libre qu’une fois à chaque élection, mais bien être doté d’outils capables de faire en sorte qu’il soit entendu à tout moment.

Dans un deuxième temps, il comprendrait dans les raisons l’échec de la tentative de l’Action Coalition pour notre Caisse Desjardins (ACCD) dans les obstacles nombreux que Martin Malo et Marc-André Houle ont affrontés un deni institutionnel de cette contestation. Comme je l’ai présenté dans le précédent billet, l’ensemble de la querelle a tourné autour du blocage qu’ont subit les citoyens lors de leur tentative d’expression. Ce n’est pas que leur proposition a échoué, mais que le processus qui a causé ce résultat fut paralysé par des obstacles institutionnels non démocratiques. En effet, l’article de M. Houle ne portait pas sur l’enjeu de la fermeture des points de service, mais bien sûr la difficulté que lui et ses collègues ont eue à exprimer leurs idées, à contester les décisions du conseil d’administration. Un républicain peut que partager la frustration causée par cette triste affaire.

Dans un troisième temps, il se questionnerait sur la représentativité des élus du conseil d’administration et sur leur rapport avec les membres de la caisse. Pourquoi n’ont-ils pas, en amont des décisions controversées de fermeture de points de service, consulté les membres, exposé les avantages de ce choix? Ils ont, certes, une légitimité démocratique venant de leur élection, mais cela n’est pas suffisant pour légitimer une décision. Pour un républicain, la légitimité émerge de plusieurs autres sources dont la contestation. L’élection n’est clairement la source unique et nécessaire du républicanisme. Philip Pettit a même quelques résistances face à l’élection. Il préfère dépolitiser certains lieux de pouvoir pour l’immuniser contre les aléas de l’élection. D’autres préfèrent réfléchir à d’autres modes de sélection des dirigeants, comme par exemple le tirage au sort . L’élection est un moyen légitime et démocratique de donner une légitimité aux représentants (quoi qu’il y a d’autres modes qui le seraient peut-être plus, voir les billets Bernard sur le sujet (1) (2)), mais ce n’est pas le seul. Un républicain se poserait plutôt la question à savoir si l’élection est vraiment efficace pour représenter les intérêts des membres. Surtout en voyant le peu de participation aux assemblées générales électives.

Dans un quatrième temps, un républicain verrait dans l’effort déployé par les membres de l’ACCD une forme de patriotisme qu’il ne pourrait que saluer. Qui montre autant de passion pour les actions d’une autre banque? Est-ce qu’il y a eu une mobilisation aussi notable après les révélations troublantes des liens douteux qu’entretiennent les grandes banques canadiennes suite à la publication des recherches d’Alain Deneault ? Non. Il n’y a pas d’associations de membres aussi mobilisées que chez Desjardins, motivé par la défense des valeurs qui sont les leurs. Desjardins permet cette mobilisation, mais il faut aussi reconnaître que celle-ci est fondamentale à la survie de l’esprit coopératif. Il est impératif que Desjardins accepte que le coopératisme ne puisse survivre longtemps en l’absence de vertus civiques, c’est-à-dire des traits de caractère permettant à l’organisation de survivre. Si le réseau des caisses décourage le type d’engagement que les membres de l’ACCD ont déployé, alors on peut se demander comment subsistera l’idéal démocratique du Mouvement. Inversement, il est raisonnable d’imaginer que la démocratie de Desjardins, si elle était structurée de manière efficace, pourrait participer à l’éducation démocratique au Québec et permettre le développement des vertus nécessaire à la survie de la démocratie politique (elle-même particulièrement en danger).

Les réformes institutionnelles
Plusieurs réformes institutionnelles seraient nécessaires pour réellement démocratiser Desjardins. Nous en avons déjà évoqué quelques-unes, mais résumons :
– Donner aux membres des outils institutionnels efficaces pour contester les décisions. Conséquemment, il est aussi nécessaire de prémunir les membres contre une forme de coalition du conseil d’administration et du Mouvement Desjardins lui-même contre eux.
– Rendre réellement démocratique le processus électoral en réformant les processus de sélection des dirigeants.

Conclusion

Le cas de cette querelle à la caisse de Kildare, par son exemplarité, permet de réfléchir sur la démocratie au coeur de Desjardins. Il permet aussi de montrer que Desjardins a le potentiel, contrairement aux entreprises privées traditionnelles, d’être réellement démocratique, mais que, pour le moment, elle n’atteint pas encore ni dans la pratique, ni dans la théorie, les idéaux exigeants d’une réelle démocratie. Si on veut voir Desjardins comme une institution démocratique, il faut aussi comprendre qu’en son sein s’opposeront des conceptions différentes des moyens et des fins que doit poursuivre la caisse. C’est le propre de la démocratie que de permettre la diversité des opinions de s’exprimer dans une structure.

C’est pourquoi un républicain, au sens où nous l’avons décrit dans ce blogue, serait plutôt préoccupé par les procédures démocratiques déficientes que par le résultat de cette affaire à Kildare. Cependant, il ne faudrait pas non plus aller jusqu’à dire que l’échec de la tentative de destitution par les individus est la preuve indubitable qu’il n’y a pas de démocratie chez Desjardins. Il faudrait plutôt dire que l’âme de Desjardins est encore démocratique et coopérative, mais qu’elle est prise dans un carcan corrompu qui, comme dans les cas de nos États, a besoin d’un peu de recherche et de renouvellement pour vraiment se rapprocher des idéaux qu’elle prétend incarner (un peu comme je dis dans mon article du Devoir).

D’autres enjeux restent cependant en suspend tel que le coût de la démocratie, la forme qu’elle doit prendre, les structures de la fédération, etc. Ce sont des questions fascinantes et importantes que nous discuterons une autre fois.

Bibliographe